C’est l’odeur des pins, le regard qui passe à travers leurs troncs vers la pelouse du golf toute proche qui surprennent lorsqu’on arrive ici. La lumière aussi. Anaïs Nicolas, anArchitecte, a dessiné deux belles maisons AEL sur pilotis abîmant ainsi le sol au minimum. J’ai donc pensé le jardin en lien direct avec ces deux maisons en m’intégrant au maximum à leur environnement proche: un golf sous les pins, des talus bretons, des chaos rocheux.

Après une étude du site, j’ai dessiné comme une extension du sous bois de la forêt de pins. Des bruyères, des ajoncs et des genêts s’échappent du bois pour nous conduire doucement vers les habitations. Autour de celles-ci les jardins sont plus entretenus, plus dessinés.

Tout a été réalisé avec douceur, les grands pins ont été amoureusement élagués, le sous-bois nourri de leurs branches et tous les massifs paillés avec du bois broyé. La palette végétale se veut au plus proche de la végétation environnante et chaque année de nouvelles plantations viennent tout doucement transformer ce jardin.